Fleurs de safran dans un panier © Hocquel

La route du safran en Vaucluse

à la poursuite de l’or rouge

On le surnomme l’or rouge du Vaucluse, à juste raison ! Rencontre avec cette épice, qui s’épanouit sur les contreforts du Ventoux et la plaine du Comtat Venaissin.

1 jour

Pied du Mont-Ventoux

Avignon

Téléchargement

Telecharger au format GPX

Rencontre avec un safranier

Au pied du Mont-Ventoux

De l’enclave des Papes au pied du Géant de Provence en passant par la Vallée du Rhône, le safran s’épanouit en automne, lorsque les premières fraîcheurs s’annoncent.

C’est à cette période que le savoir-faire des safraniers s’exprime : dès que la fleur s’ouvre (toujours à l’aube), il faut la cueillir avant qu’elle n’ait le temps de sécher (très vite, dans la journée). Panier sous le bras, on la récolte délicatement manuellement, en enveloppant chaque fleur dans la paume de la main et coupant la tige avec l’ongle.
Puis vient l’émondage pour récolter les stigmates, fleur après fleur, en faisant attention à les laisser attachés et entiers.

7 producteurs vous accueillent pour vous faire découvrir cet art particulier de la récolte mais aussi toutes les vertus de la plante.

En bref

  • La récolte a lieu à l’automne
  • Il faut 150 à 180 fleurs pour obtenir 1 gramme de safran sec

Visite d’une safranerie

L’Or Rouge des 3 Rivières organise tous les jours sur demande des visites de l’exploitation pour vous permettre de découvrir cette épice surdouée qu’est le safran.

Vous aurez également l’occasion de déguster leur gamme de produits safranés à l’issue de la visite.

La période idéale pour les visites se situe en octobre-novembre, c’est le moment magique de la floraison.

En pratique

Shopping « produits cosmétiques au safran »

Le saviez-vous ? Le safran a des vertus médicinales reconnues, dont des propriétés anti-oxydantes.

A Avignon, le laboratoire 4 E a développé une gamme de beauté bio à base de fleur de safran, Kesari. Sérum, crème, fluide hydratant, le safran est l’ami de votre beauté 😉

En bref

Histoire du safran en Vaucluse

C’est vers la fin du XIVème siècle que le safran arrive en Vaucluse, d’après l’histoire, dans les valises d’un gentilhomme avignonnais, Monsieur de Porchères.
Au fil des siècles suivants, sa culture se développe, s’intensifie, si bien que le Vaucluse devient le premier producteur de France de cette épice et qu’au XVIIème siècle, on compte plus de 160 safraniers (et oui, c’est leur nom) à Carpentras !
Il disparaît progressivement au XIXème siècle, amorçant une renaissance en fin de XXème siècle, sous l’impulsion de passionnés.
Aujourd’hui, des safraniers cultivent cet or de Vaucluse et produisent quelques centaines de kg/an. Une production qui peut paraître anecdotique au regard des tonnes produites par le Maghreb, la Chine ou l’Iran, mais dont la qualité exceptionnelle est reconnue.

Fleur de Safran
le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

Dans le calendrier révolutionnaire, le 2ème vendémiaire, qui correspond au 23 septembre, s’appelait safran, pour célébrer le début de floraison des crocus.

Safran et pistil