Randonnée en Vaucluse © Planque

Conseils aux promeneurs et randonneurs en Vaucluse 

Le Vaucluse ensoleillé, en hiver comme en été est une invitation à faire de belles randonnées ou promenades tout au long de l’année.  Pour une sortie en toute sérénité, voici une compilation de nos conseils avisés, de ce qu’il faut savoir quand on prépare sa rando dans le Luberon, autour d’Avignon, au Ventoux ou le long de la Vallée du Rhône. 
Ces conseils ne sont pas exhaustifs mais permettent d’établir une check-list avant de partir. Le bon sens de chacun, individuellement et collectivement restent bien sûr de mise.

Les 5 réflexes avant de partir

Difficultés des itinéraires de randonnées

1- Bien choisir sa randonnée

Une randonnée courte en distance n’est pas forcément facile. La difficulté indiquée correspond à une norme, attribuant un niveau selon plusieurs facteurs : l’effort (distance, dénivelé), la technicité du parcours (type de sol, largeur du sentier, caillou, terre, sable…)  et le risque (passage à flanc de falaise, échelles, …). 
  
A noter : Le Vaucluse et ses massifs revêt une variété géologique importante, avec de nombreuses zones calcaires, rocheuses, et sableuses. Les terrains de marche sont souvent rocailleux ! 

Chacun son rythme et sa distance :
– un adulte randonne à une vitesse moyenne de 3,5 km / heure,
– les enfants de 3 à 7 ans ont un rythme de 1 à 2 km / heure en moyenne (distance = 1km par année d’âge)
– un enfant de 5 ans pourra faire une balade très facile (pas de difficulté technique, terrain plat) de 5km max.  
– de 8 à 12 ans les enfants peuvent faire des randonnées de 10 à 15 km.  

2- Vérifier la météo

Ce n’est pas parce qu’il fait beau en bas, qu’il fait beau en haut !  
Le Mont Ventoux et le Luberon culminent respectivement à 1911 et 1125 m d’altitude. Par ailleurs, l’est de notre département, les plateaux de Sault et d’Albion et les Monts de Vaucluse, sont parfois considérés comme faisant partie des Pré-alpes.  
Aussi il est bon de retenir que sur ces secteurs :  
– La météo est changeante, et peut varier entre le piémont et le sommet.  
– Il existe des écarts de températures importants (de 5 à 15 degrés) entre la plaine, le sommet et les plateaux.  
 
Autre aspect singulier en Vaucluse : le Mistral et ses rafales ! C’est en partie grâce à lui que le soleil brille sur nos nos têtes tout l’hiver mais il peut vite rafraichir le ressentis des températures et être dangereux pour les marches sur les crêtes.  
Pour les randonnées les jours de Mistral, choisissez des itinéraires à l’abri du vent : évitez la vallée du Rhône, les sommets et les crêtes du Luberon et du Ventoux, et préférez les secteurs abrités comme les flancs sud des massifs (moins exposés), des combes ou des vallons.

Sommet du Mont Ventoux

Quelle est la meilleure période pour randonner en Vaucluse ?

Agenda

Automne, Hiver, Printemps 
Du 15 septembre au 30 mai, le Vaucluse disposent régulièrement d’une météo idéale (temps dégagé entre 18 et 25 C°) pour marcher.  
Les semaines entières sous la pluie sont rares même en hiver. Néanmoins, il faut éviter le sommet du Mont Ventoux à cette saison car les températures peuvent descendre à -10°C.

 

Soleil / été

L’été : 
En Juillet et en Août, il est fortement déconseillé de randonner à la journée. Les itinérances et séjours « rando » sont aussi a éviter sur cette période.
De mai à septembre, choisissez des randonnées courtes à la ½ journée et ombragées ou proches des cours d’eau (bords du Rhône, les rives de Durance, les berges des Sorgues ou des canaux) sous réserve des conditions d’accès au massif.
Les départs matinaux sont à privilégier.

Forêt en Vaucluse

3 – S’informer sur les conditions d’accès aux massifs du Vaucluse

Du 15 juin au 15 septembre, les massifs forestiers sont sous surveillance accrue.  
Sur cette période, l’autorisation d’accès, de circulation et de stationnement dans les massifs forestiers du Vaucluse est déterminée, quotidiennement, selon le niveau de risque, et cela pour toute les activités nature (escalade, équitation, gravel, VTT, randonnée…). 
Les niveaux de risque incendie sont déterminés selon le vent, la sécheresse des végétaux et l’humidité de l’air. 

De risque faible, léger et modéré à risque sévère : la randonnée est autorisée à la journée dans les massifs forestiers du Vaucluse et recommandées le matin en raison de la forte chaleur.  
De risque très sévère à risque extrême : la randonnée est interdite dans les massifs forestiers de Vaucluse. 

Ces niveaux de risque sont fixés à 18 h pour le lendemain, par une antenne spécialisée de Météo-France et ils sont établis par massifs et zones. Aussi un risque faible à modéré sur les Dentelles de Montmirail, ne signifie en rien qu’il est identique dans le Luberon.  

A noter : les infractions aux conditions d’accès aux massifs forestiers sont passibles de 750 € d’amende.

4- S’informer sur les périodes et zones de chasse

De début septembre à fin février, l’espace se partage avec les chasseurs.  
Les périodes de chasse sont définies par la Préfecture du Vaucluse.  
Les battues sont signalées et déclarées par les chasseurs dans chaque commune.  
Renseignez-vous auprès de votre office de tourisme ou de la commune pour connaitre les périodes de chasses ou de battues.
 
Certaines communes instaurent des jours sans chasse. Par exemple (non exhaustifs) :  
Gigondas : du 13/10 au 09/01 les mercredis, samedis et dimanches il n’ y a pas de battue. > plus d’infos
Beaumes de Venise : dès  janvier, tous les samedis et dimanches.
Sarrians : Pas de chasse (sur terrains privés ou champs uniquement)
Vacqueyras : Pas de chasse

Chasseur

Carte randos Vaucluse

5- Choisir sa randonnée sur un site fiable

Ces sites font l’objet d’un travail régulier par les collectivités locales, la fédération française de randonnée pédestre de Vaucluse et ses clubs, les parcs naturels régionaux et les offices de tourisme pour préserver ce patrimoine de sentiers, son entretien et son balisage

Provenceguide.com avec l’ensemble des itinéraires balisés du Vaucluse

Les outils de la fédération de randonnée pédestre du Vaucluse :
– le site web Rando84
– les topoguides
– L’application marando.com  

Le site Chemins des parcs édité par les parcs naturels régionaux du Mont Ventoux et du Luberon.  

Les cartes IGN

Les bonnes pratiques lors de la sortie

Balisage GR

1- Rester sur des sentiers balisés

Voici quelques notions utiles pour repérer le balisage pédestre de votre randonnée. 
4 types de balisages existent.  
– Les GR®, itinéraires de Grandes Randonnées proposés et entretenus par la Fédération Française de Randonnée pédestre, sont balisés en blanc et rouge.  Ces grands itinéraires sont linéaires, et traversent notre département pour rallier de plus grands horizons.  
– Le GR® Urbain V, relie le Mont Lozère à Avignon.
– Le GR®653D relie Montgenèvre à Arles, vers Saint Jacques de Compostelle par la voie Domitienne, en passant par le piémont du Luberon.
– Le GR®9 relie le Jura à la Méditerranée en nous traversant du Nord au Sud, via le Ventoux, les Monts de Vaucluse et le Luberon.  
– Le GR®4 relie l’Atlantique à la Méditerranée, traversant le Luberon, le Ventoux, la plaine rhodanienne. 
– Les GR® de Pays, proposés et entretenus par la Fédération Française de Randonnée pédestre sont balisés en jaune et rouge. Ce sont des itinéraires de plusieurs jours en boucle, permettant de découvrir un massif ou une vallée.  

 

Les différentes couleurs de balisage

Les parcours balisés en jaune ponctués de balises directionnelles en bois, avec des lames jaunes sont des “Promenades et Randonnées” dits PR. Il s’agit d’un réseau touristique de 1800 km de sentiers entretenus par le département.  
Ce réseau de sentiers est ouvert à la pratique d’autres activités de pleine nature, dont le VTT, le Trail ou la randonnée équestre qui disposent d’un balisage spécifique.  
 
Lors de vos randonnées à la journée, vous serez amenés à suivre ce balisage pouvant être complété par des marques de peinture, voir des balisages blanc / rouge et jaune / rouge. 
La hiérarchie dans le balisage étant que le GR® (blanc / rouge) domine sur le GR® de Pays (jaune / rouge) qui lui aussi domine sur le PR (jaune). Ainsi le balisage jaune peut disparaître à une intersection et laisser place à un autre balisage.
Vous trouverez souvent un poteau directionnel vous indiquant les directions possibles. Nous vous recommandons d’avoir un outil cartographique (numérique ou papier) pour vous orienter. 
Les randonnées de Vaucluse Provence Rando, Rando84 et Chemins des parcs utilisent ce réseau sécurisé.
 
 
Du balisage vert peut exister. Il s’agit alors d’un balisage porté par une association ou la commune.  

Signaler une anomalie sur un itinéraire

Pour vous permettre de profiter au mieux des sentiers balisés et entretenus du département, nous vous demandons de signaler les anomalies constatées sur les itinéraires. Ainsi les gestionnaires seront directement informés de la zone où intervenir et du motif de l’anomalie (bois tombé, dépôt sauvage, défaut de balisage,…).

Balisage PR
Cloture

2- Respecter la propriété privée

Quand vous traversez des clôtures et barrières, refermez-les derrière vous. Soyez courtois avec les habitants et respectez la propriété privée.

3- Ne pas se servir dans les champs

La cueillette n’est pas autorisée, même pour un grain, un fruit ou un brin. 
Pour découvrir nos productions agricoles locales nombreuses, profitez de votre randonnée pour faire étape chez un agriculteur à proximité.
Les exploitants agricoles et forestiers, les bergers, les apiculteurs, les viticulteurs, les éleveurs, les oléiculteurs, trufficulteurs, sont ceux qui nous nourrissent et les endroits ou nous randonnons / promenons, sont leurs lieux de travail. 
Ce n’est pas à eux de s’adapter mais à vous, comme un passager du vent, discret, c’est à vous promeneur, randonneur de respecter l’environnement que vous traversez.  

Cerisier en Vaucluse

Face au patou

4- Adapter son comportement face aux patous

Pour protéger leur troupeau contre les attaques des prédateurs (loup, lynx, chiens…), les bergers utilisent des chiens de protection, nommés des patous mais aussi des bergers d’Anatolie pour dissuader tout intrus de s’approcher du troupeau en courant et en aboyant. 
 
Pour éviter un incident avec le chien de protection, restez calme et passif, et parlez paisiblement. Gardez vos enfants à vos côtés. Ne faites pas de gestes brusques, ne donner pas de coups de pieds ou de bâton, ne jeter pas d’eau ou de cailloux sur le chien, ne le fixez pas dans les yeux, ne nourrissez pas le chien.  
 
Si vous croisez un troupeau, restez à distance, stoppez votre progression afin que le chien vous identifie, ne menacez pas les chiens de protection et ne les caressez pas. Gardez vos enfants à vos côtés, et tenez votre chien en laisse (ne surtout pas le prendre dans ses bras).

5- Partager les espaces avec les autres

Partager l’espace naturel traversé avec les autres : ceux qui travaillent, les chasseurs, les vététistes, les autres randonneurs, les habitants.  
Lors de la période d’ouverture de la chasse (septembre à fin février), nous vous conseillons de rester sur les chemins balisés, de porter des couleurs vives (gilet jaune, rose, orange), et de tenir vos chiens et/ou vos enfants à vos côtés.  Si vous croisez une battue en cours ou des chasseurs, nous vous invitons à manifester clairement votre présence et échanger sur votre itinéraire, rester courtois et rester groupés. 

Randonneurs et cyclistes sur la via Rhôna

Randonnée en famille

6- Protéger et laisser la nature en paix

– Ramassez vos déchets lors de vos pauses, et laissez les lieux intacts. Même un déchet “biodégradable”, selon la matière, peut provoquer un départ de feu.
– Pas de traces humaines en dehors de vos empreintes de pas.
– Respectez la flore (pas de cueillette sauvage) et la faune (ne faites pas trop de bruit)
– Respectez le silence vivant des lieux.
– Ne souillez pas les points d’eau, ils sont rares.
– Ne faites pas de feux. Respectez les tracés des itinéraires qui vous sont proposés
– Ne pas circuler ni stationner sur les pistes DFCI (Défense des Forêts Contre l’Incendie), réservées aux secours
– Ne pas faire de camping sauvage
– Ne jamais fumer dans un milieu naturel

Liens utiles

Site web

Guide des bons gestes du Parc naturel régional du Mont-Ventoux
Toulourenc : recommandations pour une balade en toute sécurité

Le bivouac

et camping sauvage

Bivouaquer c’est installer sa tente en milieu naturel pour une nuit du coucher au lever du soleil.
La règle fondamentale à respecter est de ne pas laisser de trace de votre passage : feu interdit et déchets à ramener dans vos sacs, laisser le lieu intact, voire plus propre que vous l’avez trouvé ! Le bivouac peut être plus contraint, voir interdit dans les forêts, bois, réserves naturelles, routes et chemins publics,  à 500 m ou moins d’un monument classé ou inscrit au patrimoine, à 200 m ou moins d’un captage d’eau potable.
Il est interdit de bivouaquer dans les zones urbaines ou proches des routes.  

Le camping sauvage, c’est s’arrêter plusieurs jours et plusieurs nuits, le plus souvent accompagné d’un véhicule motorisé, en pleine nature.  

le saviez-vous ?

En bref

En Vaucluse le camping sauvage et le bivouac sont interdits du 15 juin au 15 septembre dans les massifs forestiers. Le reste de l’année le bivouac est toléré du coucher au lever du soleil sauf dans les zones réglementées (arrêté Préfectoral de Protection de Biotope, Réserve Biologique Intégrale…) et à condition d’avoir l’autorisation du propriétaire (pour les propriétés privées).

Tente