15°
12°
La Bruyère-©Hocquel_A_VPA

Les ocres hors des sentiers battus

Si le Vaucluse est connu pour son Colorado Provençal ou le sentier des ocres de Roussillon, l’ocre, ce pigment qui fit les beaux jours de l’industrie locale, se découvre aussi à travers des lieux parfois plus confidentiels, mais tout aussi passionnants. Les ocres en Vaucluse, c’est toute une histoire, celle d’un massif qui s’étend sur 25 km entre Goult et Gignac, avec des paysages parfois impressionnants façonnés par l’homme !

1 jour

Distance :
15 Km

Gargas

Apt

Téléchargement

Telecharger au format GPX

Uniques en Europe : les Mines de Bruoux à Gargas

Elles se dressent au détour d’une route pittoresque du Pays d’Apt. Unique exploitation en mine en Europe (les autres sites sont des carrières à ciel ouvert), elles sont, avec des galeries de 40 km de long et 15 m de haut, un majestueux témoignage industriel jaune-orangé flamboyant des années fastes de l’industrie ocrière.

On pénètre ici dans une immense cathédrale (avec une acoustique parfaite !) de la couleur, creusée dès le milieu du XIXème siècle, exploitée 100 ans durant et l’on découvre (en visite guidée uniquement), au gré des 650 m restaurés et aménagés, la vie de ces mineurs (ils furent jusqu’à 125 en 1928) qui contribuèrent à créer la prospérité de la région. Et comme on les a visitées, on vous raconte toute notre aventure ocrée souterraine ICI !

le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

Pour creuser ces galeries, il fallait des hommes forts, mais surtout des droitiers pour creuser les parois droites, des gauchers pour les parois gauches. D’ailleurs, les ouvriers gauchers, moins nombreux et donc plus recherchés, étaient mieux payés que les confrères !

3473-

Ôkhra, l’écomusée de l’ocre

Ôkhra a pris des quartiers dans une ancienne usine d’ocre, à Roussillon, l’usine Mathieu. Ici, l’objectif est multiple : proposer une découverte ludique de l’ocre, à travers un parcours didactique suivi d’un atelier, proposer des formations (aux amateurs et professionnels) sur les techniques d’utilisation de l’ocre, des ateliers d’initiation (dont « ocrier d’un jour »), des ateliers de peinture.

La boutique permet, quant à elle, d’acheter son ocre brute ou en godets d’aquarelle, ou de beaux ouvrages de collection qui racontent cette épopée industrielle colorée.

En sortant des lieux, vous pourrez dire : j’ai plongé dans l’ocre !

le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

Aujourd’hui, l’ocre du Luberon reste un atout économique précieux pour la région, avec la Société des Ocres de France, à Apt, dernière entreprise autonome en Europe qui exploite et transforme le minerai ocreux en ocre pure.

2216-

L’ocre, du musée d’Apt à la faïence d’Apt

Installé dans une ancienne usine de fruits confits, le musée d’Apt retrace l’histoire économique et industrielle de la région, dont, bien sûr, l’ocre, avec une jolie collection d’objets dédiés à l’extraction du minerai (80-90% de sable siliceux et 10-20% d’ocre pure) et aux diverses étapes pour obtenir les pigments, dont la couleur va du blanc intense au brun-rouge flamboyant.

La faïence d’Apt, c’est un peu la cerise sur le gâteau ! Une fois l’ocre pure extraite, elle ne demande qu’à être utilisée !
Si nos lointains ancêtres préhistoriques l’utilisaient en peinture pour des œuvres rupestres parvenues jusqu’à nous, l’ocre a trouvé, dans le pays d’Apt-Luberon, une destinée artistique idéale avec la « faïence en Pays d’Apt », qui utilise la technique de terre mêlée. Vous l’aurez compris, on mélange terre et ocre pour créer des motifs originaux, chaque pièce créée étant unique.

Si le musée d’Apt retrace, sur tout un étage, cette belle histoire d’ocres sublimées en pots, tasses, assiettes, cruches et pots, saucières et soupières, plats, objets décoratifs, bijoux… Des artisans perpétuent ce savoir-faire vieux de 3 siècles qui contribua (et contribue encore), lui aussi, à l’apogée économique de la région. Poussez la porte de leurs ateliers, de jolies surprises vous attendent (on parie même que vous repartirez avec un souvenir tout en ocre !).

le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

Au XIXème siècle, à l’apogée de l’activité, 10 fabriques comptant 200 faïenciers exportaient leurs créations partout en Europe !

8125--

Pour prolonger la découverte de ce pays de l’ocre, on vous conseille la rando (testée et approuvée !) des ocres de la Bruyère à Villars (un lieu labellisé Espace naturel sensible). Une petite balade facile de 45 minutes pour se ressourcer en pleine nature et profiter de jolis points de vue 😊