35°
30°
Dentelles de Montmirail © Verneuil

Escalade dans les Dentelles de Montmirail

Une grimpe dans un site universel unique

Les beaux jours et les grands espaces sont une éternelle invitation à l’évasion grandeur nature.
Et si je prenais un peu de hauteur, histoire de visiter le Vaucluse sous un autre angle ? Du coup, l’envie de grimper me titille. Je connais la via ferrata que j’ai déjà pratiquée plusieurs fois mais pas encore l’escalade… De nombreux sites sont à portée de main en Vaucluse, dans des paysages somptueux. Avec une grosse faiblesse (un vrai coup de coeur en fait) pour les Dentelles de Montmirail, ma destination pour ce premier essai à flanc de falaise est toute trouvée.

Durée :

2 heures

Budget :

de 30€ à 40€

Appel à un expert pour m’initier

Objectif : Atteindre les crêtes des Dentelles, accompagnée par un professionnel

Je me renseigne auprès de Sensabloc sur les sorties encadrées par le club d’escalade basé à Carpentras.
Stéphane Pierquin, l’un des accompagnateurs certifiés, prend en charge mon projet et évalue mes capacités dans la pratique. Mon niveau ? « Difficile à dire… » je lui réponds, « tout à fait débutante en escalade, assez à l’aise en via ferrata ». Sa réponse fuse : « Je vois. On va pouvoir partager l’escalade d’une grande voie en deux longueurs et deux niveaux successifs sur une cinquantaine de mètres
en face Nord des Dentelles de Montmirail ».
…!!??… Oups, un ange passe. Je n’ai pas tout compris mais il sait de quoi il parle, c’est lui l’expert.
Et je réalise que je n’ai aucune excuse pour me dérober !

le saviez-vous ?

A noter

En toute saison, Roc Dentelles propose également des initiations en demi-journée, journée ou plus, encadrées par des professionnels locaux.

Accompagnateur escalade en Vaucluse

Panaorama

Vue depuis les Dentelles de Montmirail

Un spot de falaises au milieu des vignes

Dentelles de Montmirail
Ca vaut le détour

Ça vaut le détour

A Gigondas, profitez-en pour visiter le village qui est l’un des plus pittoresques de l’ancienne principauté d’Orange, et son caveau.

RDV à 8h au parking des Florets à Gigondas d’où l’on aperçoit les mâchoires des Dentelles.

On démarrera l’escalade après une petite heure de marche dans un magnifique paysage verdoyant à l’approche du Cayron.
Sur le chemin, Stéphane me redit notre chance en Vaucluse de pouvoir pratiquer ce sport au soleil toute l’année, grâce à la variété des sites et l’orientation de leurs falaises. Certains sont d’ailleurs connus pour cela dans le monde entier.
L’heure de s’équiper est venue. Côté vallée, la vue est déjà splendide.
Au pied du 1er tronçon de niveau débutant – le « crapoto » – on enfile chaussons et baudriers. Sur le mien, Stéphane vient fixer le « reverso » pour l’assurer et ma « vache » pour m’attacher au relais.
De son côté, il se leste d’une douzaine de « dégaines » pour grimper en tête, puis déroule la corde à laquelle on s’amarre.

Step 1 : démonstration du guide

S’assurer et observer pour apprendre vite

Après avoir contrôlé nos lignes de vies respectives (capital), Stéphane entame l’ascension, crochetant ses dégaines une à une sur les anneaux scellés dans la paroi. De mon côté, je l’assure au sol.
En l’observant, j’ai l’impression que grimper est d’une extrême facilité comme si la paroi se réduisait à un escalier aux marches asymétriques, jusqu’à ce que mon guide disparaisse dans une anfractuosité du rocher en surplomb. De mon côté, je commence à réaliser que ça va bientôt être à moi…

le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

« Vaché ! » est le signal pour indiquer que le 1er grimpeur est parvenu au relais et s’y est attaché, avant de remonter la corde pour assurer à son tour.

Mousqueton

Step 2 : sensations en cascade

«Relais !» me lance le guide. Là, c’est à moi

La corde tendue me rassure. Je monte me fondre sur un mur de calcaire. Les reliefs que je distinguais d’en bas s’atténuent peu à peu. Effet macro oblige, le plat semble partout 😳…
Sur les conseils de Stéphane, je m’appuie fortement sur la pointe des pieds. Les mains consolident l’équilibre. Je m’engage dans une gouttière plus raide mais les prises ne manquent pas. Sauf peut-être ici ou là … Je prends mon temps, cherche les aspérités pour cheminer et rejoindre mon guide sur une minuscule terrasse. Sur ce palier de fortune, je goûte, le temps d’une pause, le confort tout relatif des cailloux après m’être « vachée ».
A 25 m du sol, la trajectoire de la montée est telle qu’elle cache le vide. Tout va bien 🙂. Après quelques manipulations de cordes, on reproduit le scenario sur la 2ème longueur de voie, direction l’arrête sommitale des Dentelles.

Dentelles-de-Montmirail
Coup de coeur

Coup de cœur

Durant l’ascension, les senteurs de thym qui nous enveloppent nous supportent dans l’effort

Cordage escalade

Panorama

Vue depuis les Dentelles de Montmirail

Panorama

Vue depuis les Dentelles de Montmirail

Spectacle au sommet

A l’arrivée, les sensations sont inédites

Un profond sentiment de détente m’envahit quand je réalise où je suis, et dans quel tableau incroyable je respire à ce moment précis : plein soleil, légère brise, écrin minéral, senteurs de garrigue – tout ça, devant un panorama à couper le souffle.
Quel plaisir d’être là, à 50 mètres de hauteur ! Mon binôme fait une nouvelle manip pour installer la corde et descendre en rappel sur une trentaine de mètres, par le versant sud cette fois.
Le corps en arrière, c’est à nouveau un peu tendu dans ma tête… Je gère la vitesse de ma descente en dosant le passage de la corde dans ma main droite. J’accélère un peu. Hop! Je ralentis. Parfois je stoppe pour profiter encore un peu de mes instants là-haut, avec les Dentelles et le Mont Ventoux.
Me voici bientôt de retour sur le plancher.
Quelle expérience ! Je vous la conseille vivement !

le saviez-vous ?

Bon à savoir

Le club met pas mal d’équipement à votre disposition, renseignez-vous : Club Escalade Sensabloc, 219, CHEM de la Reynarde – 84 200 Carpentras.
06 98 77 95 17

Dentelles de Montmirail